De l'importance des représentations : le cas Nana.


                
                  Pourquoi la nouvelle publicité Nana est nécessaire.

Récemment, la marque de protections hygiéniques Nana a diffusé une publicité où l’on voit du sang sur une serviette hygiénique. Bon, mettons nous d’accord, ça n’est sûrement pas du VRAI sang, mais au moins ça n’est plus ce fameux liquide bleu complètement irréel.

Je vous propose d'aller donc voir cette publicité, publiée par Nana sur sa propre chaine Youtube et diffusée principalement au début de certaines vidéos.

Suite à la diffusion de cette publicité, vous imaginez bien que la toile s’est enflammée… Petit florilège non exhaustif des réactions négatives : 







Ce qui ressort principalement, c’est que c’est dégueulasse et choquant. Par où commencer…
Non, ça n’est pas « dégueulasse », c’est du sang, comme dans les séries TV qui passent aux heures de grande audience. Sauf qu’ici, c’est tout ce qu’il y a de plus naturel, ça n’est pas déclenché par un acte barbare et c’est ce que la plupart d’entre nous côtoie une semaine par mois pendant une bonne grosse partie de leur vie. Donc il va falloir cesser de reprocher à ces pubs d’êtres réalistes. Et l’excuse du « mais je veux pas voir ça quand je mange » n’est pas recevable. Tu es libre de zapper quand tu tombes sur cette pub, comme tu es libre de zapper quand tu tombes sur Les Experts.

Autre reproche fait à cette initiative : ça va choquer nos jeunes adolescentes. Vraiment ? Qu’est-ce qui est choquant, que la publicité explique enfin aux jeunes filles ce qui va se passer dans leur culotte, ou qu’on leur fasse croire que les règles sont quelque chose qui n’a rien à voir avec la réalité ? Imaginez une jeune fille à qui on n’a jamais expliqué ce qu’étaient les règles, imaginez qu’elle ne connaît que ces pubs avec ce liquide bleu. Imaginez maintenant la première fois qu’elle va trouver du sang dans sa culotte… Le plus choquant n’est pas de montrer la réalité, c’est de masquer une vérité qui va être vécue par des milliards de femmes. Surtout que Nana ne dramatise absolument pas les règles, la pub ne montre pas de jeunes filles tordues de douleur, avec du sang qui dégouline le long de leurs cuisses ou une énorme tâche de sang sur leurs vêtements !

Pour ce qui est du mouvement féministe et de son appropriation à des fins commerciales, c’est une critique tout-à-fait recevable puisqu’elle est, dans beaucoup de cas, complètement vraie. Mais on ne peut pas nier que cette publicité reste d’intérêt et d’utilité publique. Le féminisme est devenu mainstream, soit, mais si ça peut permettre à des grandes marques de diffuser des contenus plus réfléchis et moins stigmatisants, je ne vois pas ce qu’il y a de mal.

Montrer ce qui ressemble à du sang dans des publicités pour des protections hygiéniques n’a rien d’irrespectueux, au contraire ; on cesse enfin de minimiser ce que des femmes vivent au quotidien. On cesse de faire croire que les règles c’est juste un petit peu de bleu dans ta culotte mais que tu peux quand même aller danser en boite. 

Pour ce qui est de l’argument des traces d’excréments… Je ne crois pas que l’on puisse comparer l’acte de déféquer à celui d’avoir ses règles. Et les publicités ne remplacent pas la réalité par une couleur plus acceptable, ces publicités ne mentent pas, elles ne cachent pas une réalité pour stigmatiser une partie de la population.

Pour résumer, le fait de montrer du sang dans les publicités pour protections hygiéniques est une vraie avancée en matière de lutte pour l’égalité femmes/hommes. Les règles peuvent être suffisamment difficiles à vivre sans qu’on rajoute en plus une version édulcorée de la réalité. Nous supportons la vue du sang dans tellement d’autres productions, pourquoi les règles feraient-elles exception ? Avoir ses règles ce n’est pas sale, perdre du sang ça n’est pas sale. Les règles doivent cesser d’être un tabou pour que nous puissions enfin demander des protections à nos ami.e.s sans rougir de honte, pour que nous puissions cesser de nous sentir salie par le regard des autres lorsqu'une serviette tombe de notre sac, pour que les autres cessent d’utiliser cette différence biologique pour justifier une domination culturelle. Non, les femmes ne sont pas plus faibles car elles ont leurs règles, c’est vous qui cherchez à les affaiblir en leur faisant croire qu’elles devraient avoir honte du fonctionnement de leur corps.

Et à tous ceux qui pensent que le féminisme d’aujourd’hui se bat pour des détails ; vous seriez surpris du nombre de détails qui permettent à la domination masculine de perdurer.


Commentaires

  1. Et à toutes celles et tous ceux qui trouvent ça dégoûtant de voir du sang pendant le repas, rappellons que la télé au déjeûner/dîner n'est pas une obligation, loin s'en faut.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Gaëlle Garcia Diaz et le "féminisme extrémiste"

Nikita Bellucci ou l'exclusion des actrices pornographiques