samedi 29 août 2015

"Bande De Filles" par Céline Sciamma (spoilers)

En ce Samedi de soleil (enfin !), je m'en vais vous parler d'un film plein d'espoir et d'amour. Enfin pas toujours mais quand même.
Il s'agit de Bande De Filles par Céline Sciamma. 

Marieme est la 3è en partant de la gauche.

Petit résumé de notre cher Allocine ( http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=220471.html ) pour ceux qui ne connaissent pas ; "Marieme vit ses 16 ans comme une succession d’interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l’impasse de l’école. Sa rencontre avec trois filles affranchies change tout. Elles dansent, elles se battent, elles parlent fort, elles rient de tout. Marieme devient Vic et entre dans la bande, pour vivre sa jeunesse."

Le film commence sur une scène de football américain féminin... Très longue et qui ne semble avoir aucun lien avec la suite du film. Autant vous dire que l'entrée en matière est plutôt étrange... Peut être pour représenter la combativité des filles, je ne sais pas.... Bref, plutôt sceptique sur les premières minutes.
Puis on fait la connaissance de Marieme (qui est d'une beauté...) et de sa famille ; ses deux petites sœurs, sa mère et son frère (qui est un gros con). 

Elle est beeelllleeeeeeee !!


Au fur et à mesure de l'histoire on comprend rapidement quels sont ces fameux interdits dont on parle dans le résumé. Marieme doit se débrouiller seule car sa mère est travaille de nuit et son frère est un tyran qui impose sa loi par la violence. Et qui n'hésite pas à frapper ses sœurs... L'union des deux plus grandes sœurs contre leur grand frère est d'ailleurs très touchante.

La scène du rendez-vous de Marieme avec la conseillère d'orientation nous aide aussi à comprendre l'ambiance de la vie de Marieme. La conseillère lui dit qu'elle doit aller en CAP et Marieme ne veut pas, elle veut être "comme tout le monde". Elle supplie la conseillère qui n'a ni états d'âme ni pitié et qui lui dit en gros "je m'en fout, fallait y penser avant si tu voulais pas aller en CAP".
En repartant de ce rendez-vous, Marieme se fait alpaguer par trois jeunes filles sur un banc. Ces dernières lui proposent devenir avec elles sur Paris et Marieme refuse, puis se ravise en voyant que c'est 3 jeunes filles connaissent des garçons. Elle est en plaine adolescence quoi. 

Le contraste entre ces 3 jeunes filles qui s'habillent comme des filles, se maquillent, parlent fort et rient et Marieme, timide et renfermée est flagrant. Petit à petit, ces trois amies vont convertir Marieme en lui apprenant le sens du mot "liberté". 

Au début de leur relation, quand Marieme décide de les accompagner à Paris, on les voit entrer dans le métro en hurlant sur des filles, elles mettent de la musique avec leurs téléphones et dansent en riant fort, sans se soucier des autres usagers. Je me suis dit "c'est typiquement le groupe de meufs que tu déteste dans le métro parce que tu penses qu'elles n'ont aucun savoir vivre. Ce que tu ne sais pas c'est que c'est un des seuls moments de liberté qu'elles ont, une fois rentrées chez elles elles doivent se taire et encaisser les coups". Ça fait réfléchir. 

Une scène forte du film, leur première soirée dans une chambre d'hôtel (cette fameuse scène ou elles chantent Rihanna à tue-tête). Cette scène hurle "Liberté", et c'est ce que défend le film. La libération de ces jeunes femmes en devenir, oppressées par leurs familles parfois violentes, par les garçons qui les traitent comme des putes, ...
Je crois que c'est la première fois que je vois ce genre de scène dans un film, on les voit chanter toute la chanson "Diamonds" de Rihanna, dans son intégralité ! Et ce n'est même pas long !

On voit comment elles occupent leurs vie dans ces cités où être respectée signifie défoncer la chef du gang voisin. La rivalité entre filles est aussi très présente.
Note à part, je pense qu'il s'agit là d'un des principaux problèmes qui empêchent justement la condition féminine d'évoluer ; les filles ne sont pas solidaires entre elles, et ce à n'importe quel âge et dans n'importe quelle communauté. Nous nous voyons avant tout comme des rivales (moi la première) et ça fait obstacle à nos combats, alors qu'on se bat pour les mêmes valeurs...

La combat mener dans ce film, en plus de celui pour la liberté, c'est celui pour croire en soi. Marieme se bat pour oublier tous ceux qui lui disent qu'elle est incapable, tous ceux qui ne la considèrent pas. Et c'est à ça que servent la bande des 3 filles, elles sont là pour aider Marieme à croire en elle, à croire en tout, et à s'émanciper de son frère trop violent et autoritaire. 

J'ai été sur le qui vive tout le long du film. La vie de ses filles est tellement ponctuées de catastrophes que l'on a toujours peur qu'il en arrive une.

(Spoiler alert, je vais parler de la fin du film)

Après de multiples aventures, notamment la fugue de Marieme, son emploi de dealeuse, sa colocation avec une prostituée, Marieme revient dans sa cité pour aller voir son amoureux. Et j'ai été étonnée, presque blessée par la rapidité avec laquelle elle tourne le dos à l'amour. Son amoureux (avec qui elle n'a pas le droit d'être parce qu'il est un ami de son frère) lui propose de l'épouser (à 16 ans, oui...) pour qu'elle ne soit plus traitée comme une catin. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle accepte, mais pas non plus à ce qu'elle le renvoie paître comme ça ! C'était le seul espoir que je voyais pour elle, et elle le balaie en une seconde... 
Après ça, elle va sonner à la porte de son ancien appartement, hésite à entrer et se ravise. On la voit s'adosser à un poteau et pleurer. Tout l'espoir s'échappe, on ne voit aucune issue pour elle. Plus de famille, plus d'amoureux, plus de logement, plus de travail. 
Et le film se termine sur le visage déterminé de Marieme, prête à affronter ce que la vie lui imposera. C'est tout, et pour moi ce n'est pas suffisant. Le générique vient comme une soulagement. Pas parce que le film est nul, au contraire, c'est un très beau message de liberté. Mais parce qu'en dehors du cadre Marieme n'existe plus, et donc sa vie horrible non plus. C'est un soulagement parce qu'on se dit que c'est terminé, que Marieme ne souffrira plus.

Pour conclure, j'ai vraiment beaucoup aimé, mais je trouve ça un peu trop sombre. L'espoir perceptible à la fin du film est trop faible pour que j'appelle ça une fin heureuse.

1 commentaire:

  1. Bonjour,
    Je me permets de passer par un commentaire car je ne trouve pas comment vous contacter autrement. Seriez-vous intéressée par un projet de collaboration littéraire ? Merci de me contacter sur mon adresse mail : nhattais@gmail.com

    RépondreSupprimer